Psychanalyse, psychothérapie et soutien

Votre psychologue vous écoute...

Psychologues en exercice libéral et confinement national au 30 octobre 2020 :

"Les cabinets de psychologues peuvent rester ouverts pendant le confinement. Leurs usagers peuvent ainsi s’y rendre en cochant la case de l’attestation permettant les déplacements pour effectuer des consultations, examens ou soins. " Réponse du délégué ministériel à la santé mentale et à la psychiatrie, Monsieur Frank Bellivier, en date du 1er novembre 2020

____________

 

"L’inconscient c’est ça, c’est qu’on a appris à parler,

et que de ce fait on s’est laissé par le langage suggérer toutes sortes de choses."

LACAN

Eve-Marie SIZARET, psychologue - psychanalyste à Dijon

Depuis 2008, je vous accueille dans mon cabinet situé au 15 de la rue Prieur de la Côte-d’Or à Dijon. Je reçois sur rendez-vous toute personne en souffrances psychiques, associées ou non à des difficultés somatiques – qui concernent le corps, à l’opposé de psychique, bien que les deux domaines puissent interagir – et qui souhaite dépasser ses propres obstacles et trouver un nouvel équilibre.

Je vous apporte d’abord un soutien psychologique : à travers la mise en mots s’effectue un premier travail de mise à distance des maux, difficultés, souffrances et douleurs. En effet la technique psychanalytique qui inspire ma pratique, grâce à la verbalisation, soutenue par l’écoute et les échanges qui en résultent, permet un assouplissement de la réflexion, une ouverture sur des possibles et le désarrimage des répétitions.

 

Depuis plus de douze ans maintenant, je reçois principalement des adultes, des étudiants, des adolescents en proie à des difficultés d’ordre relationnel, familial, scolaire ou professionnel, souvent inter-reliées. Les problématiques – la plupart du temps complexes – peuvent être en lien avec des traumatismes passés ou présents, ainsi qu’avec des ruptures, des séparations ou des deuils qui n’ont pas pu être suffisamment exprimés, pensés et réfléchis, leurs effets dans le corps résultant de l'impuissance psychique à les traiter.

 

Généralement, je suis contactée lors d’une « crise » vécue de manière douloureuse, avec des symptômes tels que l’angoisse, l’empêchement ou l'impossibilité d’agir, la rumination -le fait de réfléchir sans fin à quelque chose-, la dépression, les troubles du sommeil, les rêves d'angoisse, les troubles de l’alimentation, ou encore l’addiction et la phobie. La culpabilité et/ou la honte sont souvent présents. Les périodes de confinement et la situation actuelle générée par la Covid-19 ont pu être la source de traumatisme, générant défaillance, angoisse et symptôme. Ainsi ces signes de mal-être peuvent être d'apparition récente ou être renforcés, notamment par les conséquences de la crise sanitaire actuelle, avec ses répercussions professionnelles, familiales, relationnelles...

 

Les premiers entretiens portent sur les motifs actuels de la demande de consultation, avec une notion d'urgence, et visent principalement les symptômes les plus lourds. Ce travail initial peut être suffisant mais il peut également être approfondi par un désir de recherche de sens plus poussée, en fonction des éléments qui se sont dégagés. Il va s'agir de desserrer l'étau des identifications, sortir du silence et de l'impossibilité de dire, pour amorcer un cheminement vers la parole et construire la boussole qui va permettre au sujet souffrant de s'orienter dans l'existence et mieux s'y retrouver.

Le travail thérapeutique proposé est d’inspiration analytique et a pour cadre l’écoute, la neutralité bienveillante et l’échange.

Le dispositif des entretiens est clos et préserve de ce qui s'y dit, exclusivement de toute oreille extérieure et de tout regard. Cette clôture est une condition indispensable et nécessaire au dévoilement, par le sujet et pour le sujet, de sa vérité et de son rapport au plus privé de son intimité. Il faut cela pour que le sujet, l'analysant, puisse élaborer, au-delà des faits et de sa plainte, ce qu'impliquent les rencontres traumatiques de son existence.

 

Je suis psychologue clinicienne, diplômée depuis 1998 -Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées en Psychologie Clinique et Pathologique- et de formation psychanalytique. Elève de l’École de la Cause Freudienne, je me forme de façon permanente.
Je possède l’expérience et le recul nécessaires pour être à l’écoute des difficultés et des souffrances qui me sont rapportées, les questionner, les mettre en liens et en mouvements pour les amener en devenir...

J’ai travaillé, par ailleurs, auprès de sujets souffrant de dépendances -alcool, drogues-, mais aussi auprès de personnes âgées, et j’interviens actuellement en institution auprès de personnes souffrant de handicap(s).

 

Je vous reçois sur rendez-vous – pris directement par téléphone – dans des délais rapides. Mon cabinet, facile d’accès, se trouve à côté de la place Wilson, près du centre-ville de Dijon.

 

" ll s’agit d’un travail comme nous l’a appris Freud, d’un effort pour dire au plus près ce qui se passe. Les pensées, de ce fait, ne font plus seulement intrusion comme des phénomènes disruptifs charriant leurs lots d’angoisse, mais servent à nommer la chose. "

M-H Brousse